Rechercher du travail dans le développement en Nouvelle-Zélande et mon expérience personnelle

Je vais dans cet article vous raconter mon expérience personnelle sur la recherche de travail en Nouvelle-Zélande sur Auckland (capitale économique du pays) dans le développement informatique.

Introduction

Avant d'aller plus loin, vous devez savoir impérativement que la recherche de travail dans ce pays s'effectue principalement à travers deux plateformes WEB : https://www.seek.com et http://www.trademe.co.nz/jobs ou encore http://nz.indeed.com/. À noter que contrairement au Canada (ma première expérience à l'étranger), l'utilisation de http://www.linkedin.com est beaucoup moins prononcée pour une recherche d'emploi. En effet, alors qu'au Canada je pouvais crouler sous les demandes de connexions, il en fut tout autre en Nouvelle-Zélande puisque j'ai dû n'avoir qu'une seule ou deux tentatives d'approche des recruteurs, et ce, malgré l'anticipation de mon départ avec le changement de ma localisation sur le site deux mois avant d'y être. Cependant, il serait dommage de ne pas mettre toutes les chances de son côté en n'utilisant pas linkedin donc essayez tout de même de vous faire une section en anglais de votre profile.

1er entretien : Tradify

Je vais vous raconter ici mon premier entretien d'embauche (premier entretien en anglais de ma vie!) dit "Job Interview" que j'ai trouvé quelques jours avant d'arriver en Nouvelle-Zélande sur seek.com. J'ai répondu à une offre de la société Tradify qui édite une application web et mobile pour la gestion concernant les tradies. Après avoir répondu à cette offre, ils m'ont envoyé un test en ligne sur mes différentes compétences  dans le développement (front-end, back-end). Il faut savoir que ce genre de test en ligne est assez courant ici et ce avant même d'avoir passé le moindre entretien. Le système utilisé dans ce cadre était une application mobile : Iclue, assez bien fichue pour ce genre de chose (40 secondes pour répondre à une question courte avec une seule bonne réponse parmi 4 choix possibles). Passé ces tests, il vous propose alors un rendez-vous dans leurs locaux pour en savoir un peu plus. Une fois en Nouvelle-Zélande et deux jours après, je me suis donc rendu chez eux. Le stress monte, car mon anglais est des plus moyen (je ne donnerais pas ma note au BAC d'anglais, mais le compte n'y était pas :)). Rob m'accueille très chaleureusement et m'invite à venir m'installer dans une petite pièce comportant très exactement 4 fauteuils.

L'entretien commence, mon anglais n'est pas parfait et je dois souvent lui demander de répéter. Mais l'entretien se passe bien malgré tout et une 2ème personne se joint à nous (lead technique) pour en savoir un peu plus sur mon profil technique. j'apprends d'ailleurs qu'on ne me proposera pratiquement que du front et très peu de C#. L'entretien suit son court et une 3ème personne assiste à l'entretien, me voilà bien entouré ! Mais je n'ai pas peur, je n'ai strictement rien à perdre et tout à y gagner. Une fois passé une heure d'entretien, Rob me raccompagne vers la sortie et me signe qu'il m'enverra une proposition par mail après une consultation avec ses collègues. Le lendemain, je reçois une offre ferme qui comportera malheureusement 2 problèmes. Pour le premier, le salaire qu'il m'a fait baisser de 10000$ NZD/an par rapport à mon souhait initial et l'envie de pouvoir me garder au moins 2 ans. Dans le deuxième cas, c'est assez curieux car j'avais fait part de mes plans futurs lors de l'entretien, à savoir ne rester qu'un an en Nouvelle-Zélande et de revenir en France ou encore de continuer à voyager.

Une chose importante à savoir, le working holidays visa, c'est-à-dire le PVT, ne vous permet pas, nous petit français, d'avoir un poste "permanent", vous devrez obligatoirement passer par un contrat.

C'est une problématique  importante car c'est un nombre non négligeable d'offres qui se ferment à vous.

2ème entretien : Recruit IT

Passons au deuxième entretien qui s'est déroulé chez Recruit IT, une compagnie spécialisée dans le recrutement pour ses clients IT. Il est bon de savoir que la majorité des offres passent par une boite de recrutement. Vous serez donc amené à faire au minimum deux entretiens avant de savoir si vous pouvez être embauché ou non. Pour ce qui est de l'entretien de Recruit IT, cela s'était bien passé, j'ai eu un premier tête à tête avec une femme qui m'a posé plusieurs questions et fait passer un test en anglais et de logique pendant 20 minutes. Suite à cela, un homme est venu me poser également des questions notamment sur le salaire en me proposant directement un nombre par heure : 22$ pour un contrat soit 2 à 3 fois moins cher que ce que je pourrais prétendre par rapport au marché. Je lui réponds bien sûr que non et lui propose un chiffre minimum de 30$/heure. Ayant peur de sa réaction sur le moment, je n'ai pas osé lui demander plus que 30$. Morale de l'histoire, faites très attention à ce que l'on peut vous proposer ici comme salaire, certains recruteurs ne vont reculer devant rien (surtout si vous êtes étranger) pour avoir une marge vraiment confortable. Suite à cela, Recruit IT me propose de faire un petit développement chez moi que je devrais leur renvoyer pour leur client basé sur leurs technologies employées. Le surlendemain, n'ayant pas eu le temps de le faire (recherche d'appartement prioritaire), la recruteuse me rappelle et me met la pression en souhaitant un rendu dans la journée car 2 autres candidats étaient sur le coup. Au vu de ce message, du salaire et des technos du client (WCF pour faire de l'API, pas d'ORM, jQuery), c'est tout naturellement que j'ai stoppé le développement du projet et ma collaboration avec Recruit IT.

3ème entretien : Davidson

Mon 3ème entretien s'effectuera dans la journée même aussitôt après celui de Recruit IT ! Cela s'est déroulé chez Davidson (batîment Zurich, magnifique building :)) avec un homme très souriant, très accueillant et vraiment très sympa. Là encore l'entretien se passe bien. Il me demande dans un premier temps les compagnies pour lesquelles j'ai déjà envoyé un CV pour ne pas faire un doublon puis me propose un contrat éventuel auprès de uniondigital pour deux mois avec de l'AngularJS. Après l'entretien, je reçois un mail du recruteur me demandant une autorisation pour me présenter auprès de cette société. Car oui ici, il vous demande à chaque fois après un entretien s'ils peuvent envoyer votre CV auprès d'un client pour des raisons légales bien évidemment. J'accepte bien entendu, mais je ne recevrais plus jamais de nouvelles du recruteur...

4ème entretien : Potentia

Le 4ème entretien se déroulera chez Potentia. L'accueil est chaleureux et l'hôtesse me propose de m'installer dans une pièce seul avec un formulaire à remplir en attendant la recruteuse. Le formulaire est un véritable questionnaire sur vous pour en savoir plus sur votre santé, votre aptitude à travailler, si vous avez déjà tué quelqu'un, vos disponibilités, l'expiration de votre Visa, etc.. L'entretien se passe merveilleusement bien, je sens que mon anglais à bien progressé depuis, je comprends et le parle de mieux en mieux ! A defaut de trouver du travail, c'est une sensation agréable d'au moins progresser dans ce domaine. L'entretien se termine et la recruteuse me fait signe qu'elle a un contrat pour moi et qu'elle m'enverra un mail dans l'heure qui suit après avoir discuté de mon profil avec ses collègues. La journée passe, aucun mail, aucune réponse reçue. Le lendemain en fin de journée, je décide de lui demander un retour sur l'entretien, elle s'excuse du retard, me parle du client potentiel et me dit qu'elle reviendra vers moi au plus tôt. Depuis, aucune réponse, plus aucune nouvelles.

Les jours passent, je continue inlassablement de répondre aux offres sur internet dans le but de continuer de décrocher des entretiens, mais la motivation s'effrite, le temps passe, je grignote de plus en plus dans mes économies gagnées en France.

5ème entretien : Candle IT

Je décroche par la suite encore un nouvel entretien, le 5ème, chez candle IT. L'entretien se passe presque de la même manière que Potentia : Reruteuse souriante, tout se passe vraiment bien, elle me parle un peu du client, elle trouve que mon profile correspond vraiment à ce que son client recherche et le salaire que je souhaite ne lui pose aucun problème tout comme la durée du contrat qui peut-être variable et donc s'étendre ou se stopper quand j'aurais décidé de faire le tour du pays 🙂 Une fois l'entretien passé, je reçois un mail dans l'heure qui suit avec plus d'info sur le client et lui répond que c'est parfait pour moi (société de production de contenu audiovisuel comportant majoritairement des employés maoris). Malheureusement, 1 semaine et demi plus tard, le couperet tombe, son client change d'avis et souhaite un contrat permanent. L'un de mes meilleurs espoirs de travail qui était très bien à tous les niveaux s'éffondre.

6ème entretien : iTickets

En même pas 24h après une application sur une offre Seek, un membre de la société iTickets (premier vendeur de tickets en Nouvelle-Zélande) me contacte pour avoir un rendez-vous le jour même, chose que j'accepte volontiers. L'entrée dans la société est surprenante, une petite tablette se tient à votre disposition où vous allez sélectionner, après 3 touches tactiles, la personne que vous souhaitez voir. Deux personnes vont finalement me recevoir et me poser des questions. L'entretien se passe très bien et les questions sont surtout axées sur ma façon de mener à bien un projet, ma façon de raisonner et si je suis capable de travailler en autonomie, etc... Le problème majeur restera le temps que je resterais en Nouvelle-Zélande, car ils considèrent qu'il faut au moins 6 mois pour bien cerner et comprendre les projets de la société. Rester un an est donc inévitablement insuffisant.

7ème entretien : ThePond

Compagnie spécialisée dans le recrutement des freelances. Ils seront deux à me questionner, l'entretien se passe bien, il me demande si changer de ville tous frais payés est dérangeant et je leur réponds bien sûr que non  (car je suis là pour voyager aussi :)) en revanche ils baisseront aussi bien mes prétentions salariales par heure que par an. Je leur signifie que c'est négociable selon le contrat. (De toute manière je recherche un travail d'urgence, donc ce n’était pas le moment de faire la fine bouche). À noter qu'ils auront l'audace de m'envoyer par la suite une offre junior d'intégration CSS/HTML et PHP pour WordPress... Après tout, c'est quand même sympa de penser à moi 🙂

8ème entretien : HAYS

Grande entreprise de recrutement en Nouvelle-Zélande (et même dans le monde, cotée en bourse et présente en France), j'ai obtenu un entretien suite à un message reçu par un recruteur sur linkedin. Il me demande mon numéro de téléphone et m'appelle pour me proposer un entretien le lendemain. Toutes les questions sur vous doivent être renseignées en ligne sur leur site (alors que depuis le début c'était plutôt des questionnaires papier auxquels j'avais affaire). L'entretien se passe très bien, il aura la particularité de passer au crible pendant 1 heure l'ensemble de mon CV afin d'extraire très exactement le temps passé en entreprise et ce que j'ai pu y faire comme projet. Le questionnement s'oriente également sur les méthodes que j'ai pu utiliser lors de mes interventions (agiles, etc.).

Vers la fin de l'entretien, il m'annoncera qu'il n'avait pas de client pour le moment, mais qu'il souhaitait tout de même me rencontrer pour avoir mon profil sous le coude dans le cadre d'un appel client. Il m'expliquera que le timing pour un contrat est très compliqué du fait que c’est l'été et que nous soyons dans une période post Noel. Le marché de l'emploi est donc relativement calme durant cette période de l'année pour un contrat dans l'IT.

9ème entretien : Beyound Recruitment par skype (wellington)

Parce que je ne trouvais rien sur Auckland (la plus grande ville du pays...) je me suis mis à chercher ailleurs comme sur la capitale de la Nouvelle-Zélande : Wellington. J'ai donc décroché un entretien Skype avec une recruteuse de beyond recruitment (une semaine avant de devoir rendre l'appartement). L'entretien a duré 40 minutes et s'est très bien passé. On a passé en revue les différents points du CV et mon expérience et surtout mes attentes par rapport au travail, etc... Seulement le travail qu'elle finira par me proposer se basera sur la stack LAMP et non .NET. J'ai malgré tout montré mon intérêt et que je n'étais pas fermé à cette éventualité (parce que bon, j'ai vraiment besoin de travailler là...)

10ème entretien : Absolute IT

Alors l'histoire de cet entretien est magnifique. Alors que je partais en vélo pour 2 semaines afin de me changer les idées, la difficulté rencontrée m’a forcée à abandonner le projet. Ainsi, sur le chemin du retour une recruteuse d'absolute IT me téléphone et a quelque chose à me proposer. J'enchaine alors un entretien le lendemain et un entretien le surlendemain directement chez le client final (sysmex) ! Les deux entretiens se passent très bien. Seulement c'est un contrat de 3 mois uniquement (difficile après d'enchainer sur un autre contrat au vu de la durée du visa) et le lieu de travail est assez éloigné de là où je vis (mais qui reste surmontable).

Le recruteur HAYS qui revient à la charge

Également sur le chemin du retour, le recruteur de HAYS m'appelle pour me proposer un contrat chez "vulcan steel". Je lui propose qu'on en reparle davantage quand je serais rentré. Le surlendemain, il me rappelle et m'indique l'adresse où se trouve la société et c'est avec stupeur que j'apprends à quel point c'est beaucoup trop loin (1h20 de bus...) alors que je viens de m'engager sur l'appartement dans le centre d'Auckland. Je lui explique gentiment mon refus et il m'interpelle poliment et me pose la question de savoir si je recherche vraiment un job, car pour lui c'est une belle opportunité (et qu'il est déçu de mon comportement). Je pense qu'il oublie que derrière son business que je respecte, il y a des êtres humains.

Tous les refus par mail avant même un entretien

À cela s'ajoutent bien entendu tous les échanges par mail ou par téléphones des offres qui n'ont pas abouti à l'entretien physique. Je citerais pour ces derniers : entreprise recruitment, RWA, global attract, reach recruitment, razzbri ou encore absolute IT. D'autres agences n'ont jamais pris la peine de m'envoyer une réponse personnalisée par mail. Pour les autres, soit le test en ligne ne leur convenait pas (Entreprise Recruitment me signifiant que 3/5 pour SQL Server ne leur suffisait pas malgré une note correcte au C# et JavaScript), soit ils avaient trouvé un autre candidat avant moi ou encore que mon expérience n'était pas suffisante pour le client... Pour un autre (razzbri), c'était encore mieux, son accent était tellement fort au téléphone qu'il a fini par me dire désolé, mais mon client recherche quelqu'un de très bon en anglais, normal, à force de le faire répéter en même temps...

Au final, mon premier contrat sera conclu avec absolute IT et sysmex.

Après un peu moins de 2 mois de recherche, c'est avec un entretien dans une boite de recrutement (absolute IT) ainsi qu'un entretien chez le client final le lendemain (réponse obtenue le sur-lendemain) que je vais conclure un contrat avec qui plus est, le salaire que je souhaitais.

Conclusion

En conclusion je dirais qu'il faut continuer de chercher, persévérer, ne jamais abandonner et surtout d'être absolument patient avant de trouver du travail. Après ce n'est que mon expérience personnelle, vous aurez peut-être plus de chance que moi de trouver rapidement (ou pas) du travail ici dans votre domaine de prédilection. Sachez en tout cas qu'ils recherchent pas mal de développeurs .NET d'une manière générale et qu'ils aiment utiliser les dernières technologies comme AngularJS 2 alors que la version au moment où j'écris ces lignes n'est qu'en bêta. Une chose très importante et que l'on m'a souvent fait remarquer, si vous cherchez un travail pour une durée limitée, ne pas en faire part au recruteur, car il pourrait prendre peur et ne pas donner suite à votre demande. C'est un petit mensonge que je n'ai pas souvent utilisé et qui m’a souvent fait défaut malheureusement.

Liste des entreprises qui recrutent dans l'IT en Nouvelle-Zélande

Je vous propose une petite liste de liens vers les entreprises spécialisées dans le recrutement des profils IT sur Auckland dont j'ai répondu à au moins une offre d'emploi :

http://www.potentia.co.nz/
http://www.candle.co.nz/
http://www.davidsonwp.com/
http://www.globalattract.co.nz/
https://thepond.net
http://enterprise.co.nz/
https://www.absoluteit.co.nz/
http://www.reachrecruitment.co.nz/
https://www.hays.net.nz/
http://www.beyondrecruitment.co.nz/
http://razzbri.co.nz/
http://www.talent.army/

Article encore en cours de rédaction

 

  • Jérémy Farnault

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour votre retour d’expérience !
    J’ai le projet de partir m’installer en NZL avec ma famille en Juin prochain (2017) et suis donc à la recherche de toutes les informations possibles :).
    Etes-vous toujours sur place ?
    Avez-vous eu du mal à faire reconnaître le diplôme Supinfo ?
    Des amis déjà sur place m’ont dit que je devais demander l' »Assessment NZQA » pour obtenir une équivalence du diplôme ? Qu’en a-t-il été pour vous ?

    Merci d’avance pour vos réponses et bonne fin de soirée :p !

    Jérémy Farnault

    • Kévin

      Bonjour Jérémy,

      Tout d’abord merci pour ton commentaire et je vais y répondre du mieux que je peux !
      Premièrement tu as raison, il faut prendre un peu le large par rapport à notre pays 🙂
      Oui je suis toujours sur place et non tu n’as pas besoin de faire reconnaître ton diplome SUPINFO. Tu as juste besoin de préciser l’équivalent sur ton CV de ton BAC et tu peux mettre simplement un truc du style « Student at SUPINFO (French Computer Science & IT) I obtained a Master’s Degree recognized by the French state. » pour le master.
      On m’a juste demandé une preuve du diplome supinfo mais pas un équivalent, jamais.
      J’aimerais juste rajouté par rapport à mon expérience qu’il ne faut surtout pas abandonner! Après persévérance, j’ai obtenu deux très beaux contrats malgré des semaines et des semaines de doutes 🙂

      Voilà 🙂

      Si tu veux je peux t’envoyer mon CV format New Zealand 🙂

      Bien vu pour « bonne fin de soirée » 😀 Effectivement, bientôt le Dodo avant de retourner travailler demain 😀 Quand à toi, bonne aprème 😉

      A plus tard,

      Kévin.

      • Jérémy Farnault

        Merci pour ta réponse rapide !
        Je veux bien ton CV au format NZL 🙂 ça peut être très pratique.
        Si ça ne te gêne pas, ajoute moi sur facebook pour que l’on puisse échanger plus facilement, j’aurais peut-être des questions un peu plus « privées » (salaire etc…).

        https://www.facebook.com/johnronaldreuel.mccartney

        Merci encore !

        Et… Bonne nuit ! :p

  • Tonio Slivo

    Bonjour, je viens de lire ton article fort intéressant. Je reviens d un tour du monde et je souhaiterais m installer en Australie ou nz. Ce sont les 2 pays qui m ont plu le plus. Pourquoi? L esprit relax même si on bosse et les gens ne jugent pas … je travaille dans l informatique et ça fait 10 ans que je bosse dedans et pour trouver un boulot en nz… bcp d annnonces demandent un visa travail mais d un autre coté le visa travail ne peut s obtenir qu avec un travail….un cercle vicieux? Je pense au skill visa…pourrais tu me conseiller sur ce point? Je rêverai de m y installer avec ma femme. Une vie hors du commun… merci par avance pour ton aide.

    Antony

    • Kévin

      Salut Antony,

      Tout d’abord merci beaucoup pour ton compliment sur mon article 🙂
      Je ne peux pas vraiment t’aider à ce niveau là malheureusement. Une méthode consisterait à te déplacer là-bas en touriste pendant 3 mois et tenter de décrocher un visa de travail sur place grâce aux entretiens mais je n’ai aucune idée du résultat…

      Bon courage !